Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
<

Le jeu d'histoire, ou wargame, mais c'est quoi ?  Empty Le jeu d'histoire, ou wargame, mais c'est quoi ?

le Sam 6 Oct 2012 - 9:12

Pour rendre à César ce qui lui appartient, ce qui suit n'est pas de moi. J'ai repris en partie un ancien article qui se trouve sur divers sites dédiés à cette activité.


Commençons donc par le début : le jeu d'histoire, c'est quoi ?

Faire la guerre avec des petits soldats ? ... Formation militaire, utopie ou jeu de société ?

Depuis que les hommes se combattent, ils ont cherché à mettre toutes les chances de leur côté en s’y préparant et en construisant des plans de bataille. Evaluer, modéliser, projeter dans le futur, c’est ce qu’est tenu de faire tout bon officier. On trouve des figurines de guerriers dans les tombes des pharaons (déjà), et cette tradition de représentation va perdurer au cours des siècles. Parallèlement, vont exister des jeux de stratégie stylisés: le Wei Qui chinois (ancêtre du jeu de Go japonais) ou jeu de l’encerclement est par exemple censé incarner l’art de la guerre.

Les Romains eux, pratiquent le jeu des latrunculi qui ressort d’une symbolique guerrière (les pions s’appellent les milites...), mais il ne s’agit que de métaphore. Les échecs eux-mêmes apparus un peu plus tard combinent la présence de figurines et d’un jeu de simulation stratégique, mais on ne sort pas vraiment de cette logique, car l’ensemble reste stylisé à l’extrême.

Au XVII° siècle, se développent en Europe des jeux de simulation militaire, mais qui restent à la seule destination des jeunes princes ; leurs fonctions futures vont les amener à guerroyer, autant qu’ils s’y accoutument. Louis XIV en vient ainsi à simuler ses batailles avec des soldats de bois.

Le siècle suivant, c’est en Prusse évidemment que naît le Kriegspiel (littéralement “ jeu de guerre ”). Ce jeu des jeunes princes qui était encore une forme d’amusement va devenir un véritable outil de formation professionnelle. Tout y est : opposition des bleus et des rouges, la présence d’un arbitre meneur de jeu, l’utilisation de figurines miniatures, et tout ça est réglementé.

Le kriegspiel est très répandu de l’autre coté du Rhin alors que la France semble le bouder un peu (on vient toutefois de retrouver un livret de règles datant du premier Empire). Doit-on pour autant expliquer la supériorité de l’état major allemand à cette pratique régulière ? Toujours est-il que la victoire des armées prussiennes durant la seconde moitié du XIX° siècle et le début de la guerre de 1914-18 lui est attribuée. Grâce à lui la notion de simulation de la guerre sur des tables de jeu commence à être prise au sérieux... dans les milieux bien informés.

C’est au début du XX° siècle que paradoxalement, cet outil pour militaires va connaître une tentative de mise au service du pacifisme. L’écrivain H G Wells (l’auteur de “La Guerre des Mondes ”) va nourrir un projet utopique : puisque les dirigeants de ce monde ne peuvent, ni ne veulent éviter les conflits, il faut trouver un moyen de les résoudre sans faire de vrais morts, donc sur une table de jeu ! Il publie en 1913 une petite règle de jeu à leur intention baptisée “ Little Wars ”. Un an plus tard, cette utopie est balayée...

Le jeu de guerre avec figurines connaît un nouveau souffle sous une forme plus ludique au début des années 1960. Dès 1953, un jeu sur carte est lancé aux Etats Unis ; il s’appelle“Tactics”.

En grande Bretagne se maintient jusqu’au début des années 1980 une tradition de jeu de simulation avec figurines. A partir des années 1980, l’apparition de règles “sérieuses” va donner un vrai développement au Jeu d’histoire. En même temps des fabricants pionniers proposent de nouvelles gammes de figurines qui vont finir par couvrir toutes les périodes historiques (des néo-assyriens aux Coloniaux de la reine Victoria ) pour répondre à une demande qui est de plus en plus diversifiée. On pense qu’il y a environ 100 000 adeptes du jeu d’Histoire au Royaume uni.

La France est à la traîne et le jeu d’histoire reste pendant une décennie une activité exotique pratiquée par une minorité « éclairée » dans des conditions confidentielles. Ce n’est qu’au milieu des années 90 que le jeu connaît un réel développement sanctionné par la parution en kiosque d’un bimensuel spécialisé sur le sujet, la revue Vae Victis, par la multiplication des clubs et le redémarrage d’une Fédération. Mais on est désormais loin du « kriegspiel ». Autant celui-ci se voulait ancré dans une époque, autant le Jeu d’Histoire prétend à la compréhension des batailles du passé. Les différents systèmes inventés ont tous les mêmes caractéristiques : représentation à l’échelle du terrain et des portées de tir, capacité de déplacement des unités adaptées aux caractéristiques de celles-ci et à l’échelle du temps, tests de moral, calcul des pertes au tir et en mêlée, introduction d’un facteur plus ou moins aléatoire par le biais d’un jet de dé … Les pratiquants du Jeu d’Histoire sont ainsi amenés à développer et dans des proportions variables en fonction de leurs goûts trois approches différentes : la réalisation pratique des figurines (peinture) et du terrain ce qui les rapproche du modélisme, la recherche historique et l’aspect jeu de réflexion. Outre les reconstitutions, les joueurs s’adonnent en effet à des tournois où, comme aux échecs, la capacité d’anticipation est importante.

Avec l'arrivée de l'informatique, le jeu d'histoire a connu un nouveau développement puisqu'il permet à des milliers de joueurs de s'affronter même en étant à des centaines de kilomètres les uns des autres. De plus, il permet aussi de s'affranchir de nombreuses contraintes comme les jets de dés, les calculs compliquées et longs des pertes par exemple.
Enfin, il autorise le jeu même en l'absence de tout partenaire puisque les IA le remplacent.
Toutefois, ce que l'on gagne en facilité se perd en convivialité.


Dernière édition par Bertrand le Sam 6 Oct 2012 - 9:38, édité 1 fois
Anonymous
Invité
Invité
<

Le jeu d'histoire, ou wargame, mais c'est quoi ?  Empty Re: Le jeu d'histoire, ou wargame, mais c'est quoi ?

le Sam 6 Oct 2012 - 9:35
petit memorandum très intéressant, Bertrand. comme une introduction.
Anonymous
Invité
Invité
<

Le jeu d'histoire, ou wargame, mais c'est quoi ?  Empty Re: Le jeu d'histoire, ou wargame, mais c'est quoi ?

le Sam 6 Oct 2012 - 9:43
Le joueur rencontre toujours le même type de réactions de la part des gens qui ne connaissent pas cette activité. Soit il passe pour un gosse qui n'a pas grandi, soit pour un fanatique de la guerre. Souvent aussi il n'est pas pris au sérieux.
Certes, c'est une activité dont le sort du monde est loin de dépendre. Toutefois, quand on leur explique ce que ça implique (recherche uniformologique, travail de peinture, etc ...), que nous sommes des passionnés d'histoire mais de la guerre, les regards changent. Et alors, quand on en vient à dire que des profs s'en servent comme support au cours d'histoire ...
j'ai lu il y a bien longtemps un article fait par un instituteur qui se servait de ses figurines de romains et de gaulois pour parler de la période romaine. Il expliquait que jamais ses élèves n'avaient montré autant d'intérêt pour la matière rendue ainsi beaucoup plus attrayante, voire ludique.
J'avais trouvé ça génial.


Dernière édition par Bertrand le Sam 6 Oct 2012 - 9:45, édité 1 fois
tenardier
tenardier
Messages : 9318
Date d'inscription : 23/11/2011
Age : 53
Localisation : Provence 84
<

Le jeu d'histoire, ou wargame, mais c'est quoi ?  Empty Re: Le jeu d'histoire, ou wargame, mais c'est quoi ?

le Sam 6 Oct 2012 - 9:43
Très instructif, merci pour cet article.

____________________________________________
Un vrai ami c'est quelqu'un que tu peux réveiller à 2 H du matin pour t'aider à cacher un cadavre !!!!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Anonymous
Invité
Invité
<

Le jeu d'histoire, ou wargame, mais c'est quoi ?  Empty Re: Le jeu d'histoire, ou wargame, mais c'est quoi ?

le Sam 6 Oct 2012 - 10:17
je profite de ce message pour faire un hommage a mon grand oncle ALTAGOR,le frère de mon grand père paternel. j'ai passé des heure et des heure avec lui le temps de mes vacances d'été (presque du Pagnol) j'en parle ici car cette artiste penseur a passer beaucoup de son temps a vouloir aller plus loin dans les jeux d'echec et de dame qu'il trouvait trop limité en créant le jeu d'hyperechec (il y rajoute une piece le "voltigeur")jeu qui interpela kasparof avec qui il a eu le privilège de tester son jeu, il ne le diffusera jamais, par contre il crée les doubles dames et trouve un diffuseur.
j'ai baigné la dedans toute ma jeunesse les chats font pas les chiens.

[ALTAGOR (1915-1992) a passé sa vie à créer : poésie, Métapoésie, Textes et Manifestes divers, Peinture, Musique, mise au point et déclamations d'un langage composé de phonèmes gréco-latin avec son système de notation ; invention d'instruments de musique (pantophone, plectrophone, violon asymétrique...), de jeux (hyper-échecs, double-dame...), etc... ]( source wikipédia)

excuser moi ce sentimentalisme familiale il m’emmenais faire des ballades infini dans les éparges près de verdun et me racontait les massacres de 14/18 en ramassant des shrapnel.

Contenu sponsorisé
<

Le jeu d'histoire, ou wargame, mais c'est quoi ?  Empty Re: Le jeu d'histoire, ou wargame, mais c'est quoi ?

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum